Communiqué Snj-Cgt, FéDération Internationale ET FéDération Européenne Des Journalistes

Des journalistes européens condamnent la répression française contre les Roms et mettent en garde contre la montée du racisme
Comme le SNJ-CGT, la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et la Fédération européenne des journalistes (FEJ) condamnent la répression lancée par les autorités françaises contre les membres de la communauté rom, prévenant qu’elle encourage la xénophobie et l’intolérance. Ils accusent également la police d’entraver le travail des journalistes, empêchés de couvrir les raids lancés hier contre leurs camps.

Selon la FIJ, les journalistes ont été empêchés par la police de couvrir leur descente dans un camp de gitans de la ville de Saint-Etienne où l’on a assisté à l’expulsion forcée d’un camp illégal auquel la municipalité avait pourtant fourni de l’eau potable et des toilettes chimiques.

Il s’agit de la première action policière depuis que le président Nicolas Sarkozy a annoncé une série de mesures fortes dans les semaines à venir, dont l’expulsion des Roms de 300 campements illégaux. « L’attitude intolérante du gouvernement ne fera qu’encourager une résurgence du racisme et de la xénophobie », a déclaré Aidan White, secrétaire général de la FIJ. « Ce genre d’action contre des personnes venant d’autres pays de l’Union européenne est à la fois juridiquement discutable et irresponsable, car elle alimente les tensions entre communautés.  »

Pour la FIJ, toute complaisance envers l’extrémisme et le racisme ne fera qu’encourager la propagande xénophobe et augmenter la pression sur les journalistes et les médias. « On nous dit déjà que la police de Saint-Etienne a empêché les journalistes de couvrir leur descente dans le camp », a déclaré White. « C’est totalement inacceptable. La France n’est pas un Etat policier et les médias doivent pouvoir informer librement. Si les journalistes et les médias ne peuvent pas accéder à la vérité, comment le public saura-t-il si la légalité est respectée ?  »

Pour la FIJ, les déclarations de responsables français selon lesquelles il est prévu d’expulser tous les Roms sans-papiers de France vers la Roumanie semblent constituer une entrave au droit à la libre circulation au sein de l’Union européenne. Les dernières actions du gouvernement, que de nombreux critiques accusent de recourir à des politiques populistes et anti-immigrés pour sortir du gâchis politique dans lequel il se trouve, ne font qu’accroître les inquiétudes concernant la montée des sentiments anti-immigrés. Roms et xénophobie en Europe.

« Les politiques qui jouent sur la peur et l’incertitude rendront la vie difficile à de nombreuses minorités, conduiront à la discrimination et risquent de soumettre les journalistes et les médias à l’influence de la propagande raciste de politiciens sans scrupules », a ajouté Aidan. Blanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.